<

NOIRMOUTIER - OCTOBRE 2018

>

SAMEDI 27 OCTOBRE : VOYAGE ET 1ERE PROMENADE


Départ de Nanterre vers 10h avec la Mini et arrivée à Noirmoutier à 16h, sans difficulté particulière sur la route, juste un peu chargée jusqu’au Mans. 


L’accueil est chaleureux à la maison d’hôtes «The Corner» par un couple franco-américain, Raphaël et Diane. Installation dans la chambre Ashley Morgan et départ pour une promenade autour de Noirmoutier, mais auparavant, nous mangeons une bonne crêpe à la crèperie Le Palais très fréquentée (crème de marron pour moi accompagnée d’une bolée de cidre brut). 


La jetée Jacobsen nous tend les bras, il fait froid, mais le ciel offre une belle lumière de fin de journée d’automne. La mer basse dans le chenal sur notre droite, les marais sur notre gauche, paradis des oiseaux, forment un paysage calme et apaisant. Nous longeons la plage au nord de l’île avant de revenir par la forêt, puis les petites ruelles bordées de maisons basses et blanche, avec leurs volets de couleur, bleue en général. Promenade malheureusement assombrie par une bien triste nouvelle dans la famille. 


Repas à la table d’hôte The Corner, dans la très belle salle à manger, où le feu de bois dans la cheminée ajoute à la chaleur de la décoration. Potage de «pumkin» (potiron), noix de Saint-Jacques, filet de bar et pana cota aux framboise, le tout largement arrosé par Diane d’un pinot gris de Loire. 


Et c’est rapidement que nous montons pour une bonne nuit après cette grosse journée.


DIMANCHE 28 OCTOBRE : RANDOS A VELO, AU NORD ET AU SUD


Nous empruntons deux vélos orange de la maison d’hôte, pas extraordinaires (mon frein arrière est évanescent, et le panier devant se fait de temps en temps la malle …), mais ils feront l’affaire pour une randonnée sur un terrain essentiellement plat !


Le matin, boucle dans le Nord de l’île : d’abord le long de la jetée Jacobsen jusqu’à la pointe nord, pour la route qui longe la côte Est jusqu’au bois de la Chaise (ou Chaize). A intervalle régulier, une allée permet d’aller jusqu’au bord de mer, avec à chaque fois un point de vue différent, une belle plage ou un petit coin tranquille. C’est aussi la découverte de belles maisons cachées dans cette forêt ou bien bordant la plage. Une maison en particulier ferait bien notre affaire et nous fait penser à celle que nous louons habituellement à Arcachon: étroite avec un garage en rez-de-chaussée et un escalier latéral, sur un beau terrain … On peut rêver … Un peu plus loin, c’est un joli village blanc, Le Grand Vieil, avec des maisons basses aux tuiles rondes et aux volets bleus. Petite pause pour acheter du ... dentifrice dans un Spar, et pour prendre un café et se réchauffer un peu. Nous poursuivons la route, avec une pause dans un joli cimetière marin du lieu-dit de l’Herbaudière. Nous terminons la boucle Nord en longeant les marais salants. Distance totale :  20 km. 


Vers 14h, nous nous restaurons au Palais avec une bonne galette «biquette» et «berger» (comme Hirtz…) accompagnée d’une bolée de cidre brut. Ce doit être la bonne crèperie de Noirmoutier car nous aurons un peu attendu pour avoir une table. Il faut dire aussi que tous les restaurants ne sont pas ouverts en ce dimanche après-midi, loin de là.


Et c’est reparti pour une deuxième grande boucle à vélo, vers le Sud cette fois. C’est un tout autre paysage, de plaine avec des champs de pommes de terre et des marais salants. Au début, nous avons un fort vent dans le dos: nous n’avons même pas un souffle de vent relatif sur le visage ! A l’Est de l’île, nous arrivons dans un port ostréicole, Le Bonhomme, protégé par une digue, au bout d’une longue ligne droite. Le vent de face est si puissant que nous n’arrivons à pédaler jusqu’en haut de la digue ! Ça décoiffe grave :-) mais le paysage ostréïcole est très beau. Nous rejoignons ensuite l’Ouest de l’île en traversant la Guérinière à l’abris du vent et c’est tant mieux.Mais suite à une petite erreur de guidage, nous nous retrouvons cette fois à remonter le côté Ouest, face au vent du Nord. C’est vraiment dur d’avancer, surtout pour s’apercevoir au bout de la route que c’est un cul de sac et que ce n’est pas le chemin pour revenir. Nous rebroussons chemin et finissons par trouver l’entrée du chemin qui traverse les marais salants. Le jour commence à tomber et c’est une impression un peu curieuse de se trouver au milieu de ce dédale de marais et de canaux … surtout quand nous entendons quelques coups de fusils aux alentours. Bon, difficile de nous confondre avec des bécasses, quoique qu’il existe bien des chasseurs qui confondent faisans et surfeurs … Mais finalement, en suivant le chemin pris par un scooter qui passait par là, nous retournons finalement sans encombre et vivants à Noirmoutier, après 23 km cette fois.


Une bonne sieste et le plus difficile est de trouver un restaurant sympa ouvert en ce dimanche soir, hors saison (quoique pendant les vacances scolaires !). Nous atterrirons donc … à l’Envol. Bon petit restaurant, avec un service aimable. Bref, très bien pour ce dimanche soir.


LUNDI 29 OCTOBRE : RANDO AU BOIS DE LA CHAISE


Aujourd’hui nous laissons les vélos et nous enfilons nos chaussures de marche (nous avons été prévoyants compte tenu des prévisions météo menaçantes avant notre départ). L’objectif est d’explorer le Bois de La Chaise, de découvrir ses belles demeures et toutes les plages auxquelles on accède par de petites allées ou des escaliers cachés. 


Malgré le froid (on est super bien couverts) nous découvrons plein d’endroits sauvages, à cette saison. Nous adorons toutes ces belles maisons de style balnéaire qui donnent envie de s’installer sur leur terrasse dans une chaise longue et de regarder la mer pendant des heures, On voudrait aussi partager ces grandes maisons avec toute la famille. Pour aujourd’hui, nous nous contenterons de longer ces grandes plages. Pierre en profite pour faire une « choré » que je filme et qu’il poste sur Facebook pour ses ami(e)s du sport. Nous tombons aussi sur un rocher peint avec un gros poisson (une Morue ou un Thon ???) et le prénom « Pierre » au dessus. Photo obligatoire ! Nous nous engageons sur un passage à découvert qui mène à un petit îlot recouvert de moules et d’huîtres sauvages, que des pêcheurs à pied tentent de décrocher de leurs rochers. Pierre s’inquiète que la marée recouvre le passage … mais en fait, la mer descend encore : ouf, sauvé des eaux :-) !


Retour vers 14h en centre-ville … désert. Notre crêperie est fermée. Nous essayons donc « L’atmosphère » en face de la chambre d’hôte: service pas très aimable mais au moins, nous aurons mangé.  Puis une très grosse sieste méritée après ces 10 km de marche, un peu de shopping (une écharpe, une cargaison de conserves de la Belle-Iloise et deux cartes postales).


Vient l’angoisse du restaurant, un lundi soir, encore plus désert que le dimanche soir. Heureusement, l’hôtel-restaurant « Fleur de Sel » nous paraît très bien et nous réservons nos deux couverts. Mais c’est à un 1 km du centre et c’est à pied et dans le noir que nous y allons … Belle salle, avec de la place, très calme, service soigné et attentif : j’aime. Et surtout, je peux avoir des huîtres au menu : je ne serai pas reparti de Noirmoutier sans manger quelques huîtres. A noter un rince-doigts « magique » : une sorte de gros comprimé d’aspirine effervescent, sur lequel on verse de l’eau chaude … et qui se transforme en … lingette humide. Amusant. Sinon, très bonne cuisine, en juste quantité et bien présentée, le tout accompagné de verres de vin de Gascogne. Bref, il nous fallait bien ça pour terminer le séjour en beauté :-). Et Pierre me prend en photo dans mon magnifique pull Lacoste (rolling joke …). Reste le retour à pied après manger : finalement pas désagréable pour profiter une dernière fois de Noirmoutier.


MARDI 30 OCTOBRE : RETOUR


Rien de particulier pour ce retour sans encombre et avec un minimum de circulation. On arrive même un peu trop tôt car la femme de ménage n’a pas terminé. 


Mais une fois qu’elle est partie, Pierre et moi bougeons tous les meubles du salon / salle à manger pour inverser justement les deux : ces quelques jours à Noirmoutier nous ont permis de réfléchir tranquillement à nos aménagements. Après un an et demi dans notre appartement, les meubles trouvent enfin leur place « naturelle » ! Et le canapé est enfin dans la perspective de la Grande Arche. Bientôt, on attaque la chambre !