VAL-THORENS - AOUT 2021

>


LUNDI 16 AOUT : Nanterre - Velizy - Val-Thorens


Au départ de Nanterre, je passe prendre Matthieu à Velizy. Il faut forcer un peu pour faire rentrer tous nos sacs dans le coffre. Route sans problème, avec une étape essence / MacDo à Beaune … mais le MacDo en période de Pass-Sanitaire, ça donne un longue file d’attente pour entrer … Ça fait baisser la moyenne :-) ! 

Arrivée à Val-Thorens en fin d’après-midi. Perception de l’appartement : déroutant : il est très grand, plein de pièces (normal, c’est pour 10p), plutôt bien équipé, mais il n’y a de décoration (façon montagne), plein de détails de finition à revoir (pratiquement aucune porte intérieure ne ferme correctement, les radiateurs sont disparates, etc.) et une vue pas terrible. Néanmoins, nous prenons quand même nos aises et finalement, nous passerons un bon séjour.

Grosses courses au Sherpa puis promenade dans Val-Thorens … et là, grosse surprise et déception : le centre sportif et la piscine ont littéralement disparu … Tout a été démoli et un énorme chantier est en train de reconstruire un centre de loisirs sans doute beaucoup plus haut de gamme. Le plan de circulation a aussi changé, les terrains de sport sont occupés par des travaux, etc. Les Balcons de Val-Thorens sont aussi en travaux, totalement déserts. C’est un peu une époque qui s’en va :-(  …

Cela ne nous empêche pas de nous faire un premier apéritif au vin de Savoie et un bon dîner pour nous remettre de ces émotions ! 


MARDI 17 AOUT : le Lac Blanc et le Peclet


Après une (grasse) matinée bien tranquille, nous entamons notre habituelle randonnée d’échauffement : montée au Lac des Grenouilles, montée régulière jusqu’au lac Blanc, petite pause Pim’s, puis poursuite de la montée jusqu’au Péclet. Réchauffement ou simplement séjour fin-Août par rapport à l’année dernière, mais la neige a disparu du chemin, l’épaisseur de neige sur le côté du chemin à fortement diminué, et surtout, au pied du glacier, les rochers et l’eau ont largement remplacé la glace. Le glacier lui-même semble avoir encore reculé. Néanmoins, le paysage à presque 3000m est toujours aussi impressionnant, et Matthieu fait voler son drone. C’est toujours très impressionnant et stressant de voir ce petit bijou de technologie quasiment disparaitre de la vue et monter aussi haut, mais ça fait des images extraordinaires.

Avec la fonte de la neige, un passage est maintenant dégagé et nous permet de faire la descente du Péclet par l’autre versant. C’est la première fois que nous prenons ce chemin et c’est très beau aussi, plus sauvage. A mi-descente, Matthieu repère nos premières marmottes, de l’autre côté d’un torrent en contrebas. Toujours sympa. Le reste de la descente et tranquille et rejoint le chemin habituel par le Lac aux Grenouilles. 

Apéro saumon-fumé, vin de Savoie et bon dîner. Nous terminons la soirée au cinéma pour le film Kameloot - Volet 1 : pas mal … 


MERCREDI 18 AOUT : demi-remontée mécanique et la vie des marmottes


Après une nouvelle grasse-matinée, nous prévoyons de descendre aux Ménuires par la navette de 11h20, de prendre les remontées mécaniques Bruyères 1 & 2 pour monter au Mont de la Chambre et de faire une petite rando en descente jusqu’à Val-Thorens. 

Tout se passe comme prévu, jusqu’à ce que nous réalisions que le télésiège des Bruyères 2 n’est pas ouvert (et oui, c’était marqué dans le programme de la semaine). Et donc, c’est à pied que nous monterons de la station intermédiaire jusqu’au Mont de la Chambre. Météo moyenne, sans risque de pluie néanmoins. Montée par la piste 4x4 et à un endroit, nous prenons un chemin de raccourci, qui nous fait remonter en partie par une piste de ski. Et là, Matthieu repère plusieurs marmottes. Et ces marmottes ne sont vraiment pas farouches et se laissent approcher d’assez près. Elle ne sont même pas perturbées et continue de manger tranquillement. Matthieu fait des photos étonnantes avec les jumelles et son smartphone.

Après un bon moment passé à les observer, nous terminons la montée. Le sommet est quasiment dans les nuages, plutôt désert. Nous mangeons quelques Pim’s assis dans une télécabine ouverte du fameux Bruyère 2 à l’arrêt.

Nous entamons la descente vers Val-Thorens par un très beau chemin, un peu raide, passant par le lac de Montaulever.

Et pour nous remettre de ces efforts en partie imprévus, nous faisons une bonne grosse raclette : y’a pas à dire, une raclette à la montagne, c’est le bonheur 



JEUDI 19 AOUT  : une longue randonnée au dessus de St Martin

Cette fois, nous utilisons successivement le télécabine rénové de St Martin 1, puis le télésiège de St Martin 2 (ouvert, cette fois) pour arriver en haut de Tougnête. Belle vue sur Méribel … et son altiport (on n’ira pas voler cette année). Nous avions prévu de faire la classique descente vers St Martin mais nous choisissons de prolonger cette randonnée par un très long détour par le Pas de Cherferie, le Verdet et jusqu’au col de Jean, globalement sur un très beau chemin de crête. Peu avant le Col de Jean, nous tombons sur de vastes champs de myrtilliers et nous en profitons évidemment pour profiter de ces délicieuses myrtilles sauvages. Arrivés au « Grand Lac » nous observons dans l’eau de curieux gros têtards, au ventre rouge. Recherche faite, il s’agit de tritons alpestres. Nous commençons la longue descente vers St Martin où nous arrivons seulement à 19h00, après avoir trouvé quelques rares framboises.

Matthieu nous remonte à bonne allure :) en Z4 jusqu’à Val-Tho pour une bonne soirée de repos.









VENDREDI 20 AOUT : Repos à la Cime Caron


Après la longue distance de la veille et en prévision de la méga-rando prévue le lendemain, nous prévoyons un programme tranquille. Nous montons donc par les télécabines et téléphérique à la Cime Caron. Il fait très beau et le panorama toujours aussi spectaculaire, tout comme la structure du téléphérique littéralement tenue par les câbles. J’aimerai bien une fois descendre de la Cime Caron à pied, par la piste 4x4, mais Matthieu juge plus prudent de redescendre par la benne pour se préserver pour le lendemain. Arrivé en bas, nous prenons néanmoins le télésiège de Moutière pour profiter d’une dernière remontée mécanique et faire une descente tranquille à pied sur Val-Tho. En haut de Moutière, nous (re)découvrons l’altisurface, fidèlement reproduite sur Flight-Simulator 2020 :) Nous profitons aussi de quelques chaises longues pour savourer le paysage, le soleil, et quelque Pim’s avant de redescendre. Nous croiserons à nouveau une marmotte dans la rocaille qui se laissera approcher.

Soirée ratatouille maison, omelette au saucisson :)


SAMEDI 21 AOUT : La Méga-Rando autour de la Pointe de la Masse


Pour une fois, nous nous levons (relativement) tôt pour démarrer la randonnée à 9h00. Matthieu nous a concocté sur superbe circuit (24 km prévus et 1400 m de dénivelé …).

Et ce sera effectivement une inoubliable randonnée, très longue avec de gros dénivelés, des passages de crêtes ou de flanc de montagne un peu limites pour mon vertige, mais finalement, une fois engagé, il n’y a pas le choix, il faut aller de l’avant. Il fait un temps magnifique mais pas trop chaud : l’idéal, surtout dans les montées. 

Nous redécouvrons donc successivement le Lac du Lou, les lacs de Pierre Blanche, le col de Pierre Blanche, le lac de la Montagnette où nous apprécions notre pique-nique et un moment de repos, le Grand Plan toujours aussi sauvage, le col de la Bâche, le Lac Noir où Matthieu fait voler son drone et où nous prenons un délicieux bain de pieds au milieu des petits poissons, la pointe de la Masse après la très pénible montée (décidément, à chaque fois la Pointe de la Masse se mérite chèrement), l’abrupte descente de la Pointe de la Masse (sur les fesses sur les premiers mètres), les Lacs de Monfiot, et après une longue descente, de nouveau le Lac du Lou. Nous avons rarement été aussi heureux de retrouver le Refuge du Lac du Lou pour y déguster une délicieuse limonade bio à la myrtille et un fromage blanc à la confiture de myrtille, sous un parasol et en admirant le lac. Mais il reste encore 3.5 km et un peu de montée pour revenir au parking de départ et retrouver la voiture. Nous sommes tellement fourbus (mais heureux) qu’on dirait deux petits vieux qui s’installent dans la voiture : le dernier effort ! Il faut dire que notre GPS indique 25 km de marche et plus de 1500m de dénivelé positif, de 9h à 19h. Un record pour moi … que je ne suis pas prêt de refaire !

Arrivé à l’appartement, après une bonne douche, quelques verres d’eau, je sombre dans le canapé pour une paire d’heures ! Résultat, on dine à 22h …

Une journée inoubliable !




DIMANCHE 22 AOUT : Détente aux Ménuire et diner de clôture aux Clarines


Après une grasse matinée bien méritée cette fois, quelques courses pour le déjeuner, l’écriture de 3 cartes postales, Matthieu me propose d’aller découvrir l’espace aquatique des Ménuires (à défaut de la piscine de Val-Tho). C’est une bonne idée, et nous passons donc un bon moment en début d’après-midi à nous détendre les muscles et à profiter des différents bains à bulles et d’un original couloir circulaire avec un courant d’eau. De toutes façons, ce n’est pas une piscine pour nager. Après cela, un tour de luge d’été, descendue à fond la caisse (il n’y a personne pour nous ralentir). Retour à Val-Tho pour une fin d’après-midi très tranquille à l’appartement.

Et pour conclure le séjour, traditionnel diner aux Clarines, pour une bonne tartiflette et un copieux dessert. 


LUNDI 23 AOUT : le retour via Belley


C’est déjà le retour. Presque pas de ménage à faire : c’est prévu dans le prix de l’appartement. A 9:30, nous partons, avec un peu de regret. Nous ferons une première étape, un peu nostalgique, au bord du Lac du Bourget. Pendant plusieurs années, c’est chez mon oncle Francis, à Tresserve au dessus du Lac du Bourget que nous faisions traditionnellement étape … Puis, plutôt que de passer par le tunnel du Chat, nous passons par la petite route du Col du Chat, avec son superbe point de vue sur le lac. Puis nous faisons étape chez ma cousine Catherine et son mari Nicolas à Belley, pour un bon déjeuner au soleil dans leur jardin. Et enfin, retour en région parisienne par une route finalement bien chargée pour un lundi (régulation à 110 et 90 sur une bonne partie de l’A6 …).