<

VAL-THORENS - AOUT 2012

>


Samedi 18 août 2012 : Nationales ...


Départ de Courbevoie à 9h. Sortie de Paris très calme par le périphérique et globalement peu de problèmes jusqu'à Auxerre où 107.7 FM annonce l'accident d'un camion de transport de chevaux, bloquant l'autoroute et provoquant un bouchon de 10 km. Le problème n'étant pas résorbé quand nous arrivons dans le secteur, nous prenons donc la nationale, l'occasion de profiter un peu mieux de la voiture et de mieux profiter du paysage de la Bourgogne. La route est belle et dégagée. À un moment, l'autonomie indiquée au tableau de bord de la Z4 était de 407 km. Je mets Matthieu au défi de la faire remonter à 430 km. En adoptant une conduite particulièrement coulée et en profitant au mieux des descentes, il arrive finalement à faire remonter l'autonomie à 432 km après plusieurs dizaines de km parcourus ! Étonnant. Nous décidons de rester sur la nationale le plus longtemps possible, jusqu'à Chalon-sur-Saône. Nous croisons d'ailleurs, sur un plateau, le fameux camion transporteur de chevaux accidenté ! Un petit bout d'autoroute entre Chalon et Bourg-en-Bresse, avec encore un accident entre trois voitures. MacDo à Bourg en Bresse. Là, nous nous rendons compte de la chaleur. Puis jolie route pour rejoindre Chambéry par Belley et le tunnel du Chat, puis direction Moutier, et, enfin, la montée finale vers Val Thorens. Dans les derniers lacets, Matthieu, qui, comme par hasard, est encore au volant, exploite au mieux les possibilités de la voiture, du moteur et des freins. On se croirait presque à Folembray, avec 250 ch de moins quand même ! Arrivée vers 18h30. 

Perception des clés, installation dans l'appartement 335 des "Balcons" et retour au village pour acheter les cartes loisir et faire les courses au Sherpa habituel. La concurrence est rude maintenant avec l'ouverture d'un Carrefour Montagne. 

Apéritif au jus de fruit, repas simple poulet / riz, télé ... Et coucher tôt (i.e. avant minuit) car nous sommes tous les deux bien fatigués par la journée. 


Dimanche 19 août 2012 : Le Lac Blanc ...


Lever vers 10h

Petit déjeuner rapide et aller/retour au village pour acheter la carte IGN du secteur à l'Office du Tourisme et deux très belles gourdes métalliques décorées pour ne pas mourir de soif sur les chemins.

Fin de matinée tranquille, repas simple (salade de riz) et nous nous préparons pour une petite randonnée au Lac Blanc. Départ un peu avant 14h. Au niveau soleil, ce n'est pas la bonne heure, mais nous ne souffrons pas de la canicule à 2300m comme dans le reste de la France ça jour là. Il fait chaud, le soleil rayonne, mais c'est tout à fait supportable malgré la franche montée qui nous amène au Lac Blanc après 1h30 de marche. Petite pause près du lac dont le niveau est très bas, découvrant une bonne partie de son fond argileux. Apres un faux départ car Matthieu à oublié son sac à dos, nous poussons jusqu'à la station haute du Télécabine du Péclet, à 3000 m, au pied du glacier ... presque entièrement fondu. Une petite partie est même protégée par de grandes bâches blanches. L’occasion quand même de se lancer une ou deux boules de neige. Il est environ 16h et nous entamons cette fois la descente. Assez vite, Matthieu souffre du genou droit, ce qui ne facilite pas la descente parfois assez forte, surtout à l'approche du village. Au passage, nous perdons le mini pied photo que Matthieu avait (sans doute pas assez) accroché aux élastiques de mon sac à dos. Retour avant 18h à l'appartement, ce qui permet d'aller rapidement profiter de la nouvelle piscine et spa de la résidence. C'est bien agréable d'avoir cela juste à côté pour se détendre après la randonnée. 

Je refais quelques courses aux Sherpa, je range la Z4 dans le parking en sous-sol par crainte d'un éventuel orage violent. Et nous entendrons d'ailleurs quelques grondements de tonnerre au loin dans la soirée, mais rien de grave et sans pluie. Il fait relativement frais quand le reste de la France suffoque sous la chaleur !

Apéritif : cette fois, je prends quand même un verre de vin d'Apremont (un seul !). 

Repas simple: melon, steak et pommes dauphines. Et soirée télé. 

Nous sommes épuisés !!! Le soleil, la bonne montée, l'altitude ...


Lundi 20 août 2012 : 3200 m


Lever ... tardif, à 10h30. 

En début d'après-midi, nous montons à la Cime Caron par le télécabine puis le téléphérique de Caron avec ses nouvelles bennes plus modernes. À 3200 m, il fait un peu frais mais le paysage est forcément grandiose. Nous nous promenons un peu au sommet , l’occasion de faire quelques belles photos et pour Matthieu de faire des panoramas avec son téléphone. Nous reprenons la benne de descente car il n’y a pas de chemin facile pour le retour. A la station intermédiaire, nous finissons la descente à pieds, mais Matthieu a de plus en plus mal au genou: on ne pourra pas faire de grandes randonnées dans les prochains jours. Direction les Menuires pour faire un tour dans le centre. J'essaye de réserver un baptême de parapente mais il n'y a pas de créneau libre : il n'y a pas eu de vol depuis deux jours en raison des conditions météo et leur planning est décalé. Nous aurions voulu aussi faire de la luge d'été, mais là, horreur, malheur et désolation: la luge d'été a définitivement fermé la veille. Toute une époque qui s'en va ! On se console avec une sympathique montée en z4 en mode cabriolet. 

Vers 19h, je vais faire quelques courtes longueurs à la piscine du centre sportif, puis je décide de faire le chemin inverse de la promenade de la veille pour essayer de retrouver le mini pied photo perdu à la fin de cette randonnée. Ça monte assez fort pour arriver sur le chemin de crête, mais ça vaut le coup: à cette heure là, tout est très calme, il fait frais, et l'ambiance est très agréable. Malheureusement, impossible de retrouver ce fameux pied photo. 

Repas très classique: spaghetti bolonaise !


Mardi 21 août 2012 : la route des altiports ...


Lever à nouveau tardif !

Pour permettre au genou de Matthieu de récupérer, nous allons privilégier la voiture et faire un tour à Meribel, l'occasion de profiter de la Z4 en mode cabriolet. Donc descente à Moutier et montée à Meribel. Visite à l'altiport, très calme et sans trafic. Mais le coin est agréable et nous allons pic-niquer dans la forêt de sapin toute proche. L'occasion de savourer de précieuses fraises des bois et de délicieuses framboises. Après un bon sandwich jambon-beurre, nous reprenons la voiture pour aller à Meribel-Mottaret. Nous faisons une petite promenade autour du lac du Tueda, avec une petite pause Coca au bord de l'eau. Très curieux, le torrent qui s'écoule le long du lac est totalement opaque, couleur gris argile: on dirait un torrent de béton liquide ... Nous reprenons la voiture, cette fois pour Courchevel, jusqu'à l'altiport de Courchevel 1850. Ce qui est tout à fait étonnant, ce sont à la fois les chalets très luxueux qui bordent la route, et la quantité hallucinante de chantiers de construction en cours. En fait, que ce soit à Val Thorens, à Meribel et encore plus à Courchevel, on peut remarquer la quantité étonnante de programmes immobiliers en cours, parfois en s'attaquant à la montagne par des terrassements titanesques. L'altiport de Courchevel est calme aussi, mais la piste, étroite bande de 535 m, en forte pente, en surplomb d'un talus, est vraiment impressionnante. Atterrir face à la pente ou décoller en se jetant dans le vide en bout de piste doit vraiment demander des tripes ... et des compétences pointues de pilotage. Retour dans Courchevel avec une petite pause devant les tremplins olympiques de saut à ski: vertigineux ! 


Retour 'sportif' à Val-Thorens avec Matthieu au volant: le six cylindres a bien donné et les plaquettes ont du perdre un peu d'épaisseur 😂

Piscine pour faire un peu de sport et se détendre ... malgré un faux départ pour cause d'oubli de son sac par Matthieu: ce garçon oubliera sa tête un jour !

Poulet-riz-sauce-tomate pour le repas, soirée télé avec les Minimoys, un superbe reportage sur le super-Constellation et un documentaire plus inquiétant sur l'économie: vive Arte.


Mercredi 22 août 2012 : Tyrolienne ... 


Petit effort sur l'heure de lever.

C'est décidé, ce matin, nous partons faire le parcours ‘Montagne Aventure’, mix de via-ferrata, d'acrobranche, d'escalade. Une formalité pour Matthieu qui l'a déjà fait plusieurs fois. Pour ma part, je dois vraiment prendre sur moi par peur du vertige. Je n'avais d’ailleurs pas voulu le faire les années précédentes. En arrivant, le responsable du parcours nous demande si nous voulons bien prendre en charge une fillette de 10 ans que son père ne peut pas accompagner. Compte tenu de l'expérience de Matthieu, nous acceptons évidemment ... et cela m'obligera aussi à faire bonne figure ! Équipement avec le baudrier, la poulie, les mousquetons et c'est parti, avec dans l'ordre Matthieu, la jeune Fannie et moi. Finalement, ça se passe plutôt bien. Certains passages sont un peu 'chauds', par exemple la descente dans le 'tonneau' ou l'escalade, mais le système d'assurance avec les mousquetons et la solidité des appuis rassurent. Il y a toujours moyen de se caler pour préparer l'étape suivante. Le passage du 'pont du serpent' se fait finalement sans problème. Par contre Fannie et moi évitons le dernier mur d'escalade, contrairement à Matthieu. Ensuite, c'est la redescente et les deux tyroliennes. Comme j'ai pris une poulie lente, je suis obligé de 'ramer' un peu pour arriver à l'autre bout. Après une heure et demie d'efforts, le parcours est bouclé. Je suis évidemment content d'avoir surmonté ma peur du vide. Je ne me suis même pas privé de regarder vers le bas quand j'étais accroché à la paroi. Echange de mail avec la famille de Fannie pour s’échanger les photos. Retour à l'appartement pour un déjeuner rapide, omelette et petits pois, avant de repartir pour une petite randonnée au départ du télésiège de la Moutière. Malheureusement, Matthieu à encore mal au genou ce qui ne permettra pas de faire une grande randonnée. Au passage, nous croisons les anciennes bennes du téléphérique de Caron. Retour aux Balcons, et petite séance au spa de la résidence: piscine, et sauna pour se détendre. 


Matthieu et moi essayons des applications de photos image par image sur nos smartphones et autre iPad. Mise en application avec l'arrivée de l'orage: j'installe l'iPad sur le balcon et il prend une photo toutes les 10 secondes. Ça fait une belle animation qui permet de voir le ciel se charger d'abord lentement puis très rapidement (voir vidéo ci-contre). C'est d'ailleurs finalement un très gros orage qui s'abat sur Val-Thorens, avec gros éclairs, tonnerre et pluie violente. Je dois d’ailleurs rentrer précipitemment l’iPad qui commence à recevoir la pluie malgré la terrasse.

Pour le repas, je fais mes premières pâtes à la carbonata ... très réussies et approuvées de Matthieu.

Très belle émission "Des racines et des ailes" sur les Cévennes. 


Jeudi 23 août 2012 : lambinage ...


Début de matinée pluvieux. Petit tour dans le centre pour acheter les cartes postales et des timbres à la poste. Je m’adresse donc à la postière : "je voudrais un carnet de timbres". Elle me demande tout de go : "vous aimez les femmes ?" Happy Je suis un peu décontenancé, mais c'était évidemment par rapport à une série de timbres. Finalement, je prendrai une série sur les peintres cubistes ! 


On écrit quelques carte, on lambine, on déjeune d'une bonne omelette-riz (encore ...). 

Le soleil revient et nous descendons sur Saint Martin de Belleville. Nous arrivons au pied du télécabine à 16h ... et la dernière descente a lieu à 16h30. Comme Matthieu ne peut pas trop marcher à cause de son genou, surtout en descente, nous allons faire la montée des deux tronçons (télécabine et télésiège), arriver au sommet vers 16h20, prendre quelques photos de Meribel, reprendre le télésiège en descente à 16h25 et le télécabine à 16h35 (heureusement qu'il y a un peu de marge). Tour du village et remontée 'sportive' avec la Z4 (globalement, je fais les descentes et Matthieu les montées). 


Piscine au centre sportif et soirée crêpes avec un bon coulis de framboise.


Vendredi 24 août 2012 : KTM ...


Aujourd'hui, ce sera VTT ! Vers midi, nous descendons en voiture aux Ménuires. Nous arrivons un peut trop tôt pour la location, alors nous passons le temps avec le funiculaire et nous pic-niquons au dessus du centre de la station. À 13h45, nous louons les VTT (des machines de course, KTM à freins à disques et suspension centrale) et tout l'attirail de protection qui nous fait ressembler à des guerriers de Mad Max ! Il faut d'abord monter jusqu'au départ du télécabine des Bruyères: ce n'est pas très loin, mais ces vélos ne sont pas du tout adaptés à la montée et nous sommes immédiatement ‘explosés’ et hors d'haleine. Nous finissons la montée en poussant les vélos ! Autre surprise, le vendredi, seul le premier tronçon du télécabine est ouvert. Pour rejoindre Val-Thorens, nous sommes donc obligés de remonter le début du chemin, en poussant les VTT, pour rattraper la descente vers Val-Tho. Nous sommes à nouveau hors d'haleine, mais cela vaut le coup et nous permet de faire un circuit. Nous rattrapons donc le télésiège de la Moutière. Arrivé en haut, nous redescendons d'abord par la pise VTT vers la station de départ, l'occasion d'apprécier les qualités des vélos en termes de suspension et de stabilité: on peut litéralement descendre des escaliers. Puis redescente par la route à toute vitesse vers la station de départ des Bruyères. Là, nous optimisons et nous pourrons faire deux montées et donc deux descentes. Il est déjà 16h30 passée. Restitution du matériel, petite pause diabolo-menthe et coca en terrasse aux Menuires. Au passage, j’ai essayé de filmer avec la caméra sportive Kodak, fixée sur le guidon, mais ça ne tient pas très bien et les vibrations sont trop importantes pour rendre les video ‘regardables’ sans nausée !


Et retour, toujours 'sportif', toit ouvert, avec Matthieu au volant. 

Repos, séance détente à la piscine de la résidence, un peu de rangement pour préparer le départ du lendemain.

Puis le traditionnel restaurant de fin de séjour au Blanchot, au centre de Val-Thorens. Pour Matthieu, ce sera tartiflette, et pour moi évidemment, fondue. Nous aurions presque aimé des portions un peu plus généreuses après tous ces efforts ! 



Télé avec un reportage intéressant sur des familles nombreuses de 10 enfants qui impressionne beaucoup Matthieu (une famille ‘catho’ et une famille de mormons)


Samedi 25 août 2012 : Omega ...


C’est déjà le départ. Ménage rapide et, à 10h, direction Tresserve pour une étape chez Francis et Nicole. Pour une fois, c’est Matthieu qui fera la descente, avec même un ou deux dépassement tout à fait réussis.

A Tresserve, il fait très chaud et lourd : le repas au bord de la piscine, sous le auvent, avec la vue sur le lac est toujours aussi agréable.

Francis et Nicole vont plutôt bien. Francis nous raconte ses souvenirs pas très heureux aux Arts&Métiers et plus sérieux à Supelec. Nous parlons aussi montres et Francis ressort sa belle Oméga automatique, trop massive au goût de Nicole, et toute sa collection de montre ‘Lip’ d’abonnement. On se demande aussi si Nicole n’a pas croisé Annie F. à Font-Romeux fin juillet !



On reprend la route à 16h. Tunnel du Chat, route jusqu’à Ambérieux, puis autoroute sous la pluie pendant deux ou trois heures. Puis nous sortons de la perturbation : en fait, on la longe : gris à droite, bleu à gauche.

Etape vers 21h à Châlon-En-Champagne ... au MacDo. Nous mangeons dehors, avec une forte odeur de campagne !

Dernier troncons, avec passage par Valenciennes pour éviter les bouchons prévus à l’arrivée sur Lille.

Arrivée à minuit à Roubaix, un peu tristes après ces excellents moments de vacances et à la perspective de la rentrée toute proche.

Et un petit bilan des pertes 😀 :


Et une belle vidéo pour résumer tout ça !